Anonimo

La vision de Tondale

La visione di Tungdal

Edizione di riferimento:

La visione di Tungdal, a cura di Margherita Lecco, Edizioni dell’Orso, Alessandria 1998

 L’ecclesiastico irlandese Malachia, monaco cistercense e vescovo di Down, morì verso la fine del 1148, e la sua "Vita" venne redatta pochi mesi dopo, all’inizio del 1149. Il ms. L si limita a questo elemento di datazione. Il testo di Marcus ed altri mss., tra cui P, aggiungono come ulteriore precisazione cronologica il "quarto" anno di pontificato di "papa Eugenio", ed un non meglio specificato tempo di regno di Corrado, re dei Romani: essendo Eugenio III divenuto papa nel 1145, e Corrado III di Svevia, imperatore del Sacro Romano Impero (cioè "re dei Romani"), essendo morto nel 1152, la datazione va collocata nell’anno 1149, e comunque ristretta entro il 1152.

CI EST CONTENU QUELLES SONT LES PAINNES ET LES TOURMENS D’ENFER ET LA GLOIRE DE PARADIS SI COMME TONDALUS VN HOMME LE VIT. ET LE RACONTA ET LA FIST METTRE EN ESCRIT POUR LE POURFIT DE CIAUS QUI LA LIRONT ET ORONT LIRE. C’EST VERITES.

 

En l’an de l’incarnation nostre signour dieu Jhesu Crist mil.c.xlix. en la quelle annee sains Malachies transsi de cest siecle, fu vn hons en la terre d’Yberne qui astoit apeles Tondalus, bel grant et fort et de noble lignage mes de pechie et de malisse estoit plains et n’auoit cure deu salut de s’ame, sainte eglise desprisoit, les poures Jhesu Crist [*] pas renoier ne voloit pour vainne gloire aquerre, ains leur donnoit et departoit cou qu’il auoit. Et molt auoit amis et conpaingnons. Vn jour avint que il ala visiter vn de ses conpaingnons et s’asist pour maingier aveuckes lui, et si trestost comme il comme[n]cha a maingier de mort soubite trespassa et tantost chai le cors mort a la terre sans ame. La viande fu lors ostee, l’oste commenca a plorer les cloiches sonnerent le clergie vint illuecques, toutes les gens de la cite s’esmeruillierent de cel homme qui ensi soudainement fu mort. Et trespassa le merkedi entour heure de none, et dusques au sesmedi apres entour celle heure demora illuecques le cors tout mort sus terre. On ne le voloit mettre en terre pour cou que il estoit vn poi chaut en la senestre partie dou pis. Et a sammedi apres heure de none l’ame retourna a son cors et commencha lors a regarder les gens qui illuecques entour lui estoient. Et molt s’esmeruillierent quant il virent ce et lors li demanderent se il voloit le cors nostre signour receuoir, et il lors fist signe que on li aportaist. Quant il l’ot pris et beu un poi de vin, apres si commenca a loer dieu et rendre lui grasces et dist ensi: “Sire diex omnipotent, graindre est la misericorde que ne soient tuit mi pechie ia soit ce que il soient trop grant”, et puis dist ceste parole que dist Dauid le prophete: “Quantas ostendisti mihi tribulationes multas et malas et conuersus uiuificasti me et de abyssis terre iterum reduxisti me”. Et si tost comme il ot cou dit il departi et donna tout cou que il auoit as poures Jhesu Crist et commanda que on li feist sour li le signe de la sainte crois, et promist a lassier dou tout en tout la vie que il auoit pardeuant menee. Et tout ce que ‹que› il auoit veti et soufert il nous raconta et dist ensi:

Quant m’ame issi hors de mon cors si vit et connut apertement les pechies que je avoie fais et molt se commenca a douter mais elle ne sauoit qui ne ne sauoit que pooit faire, ou cors voloit entrer arrieres mais elle ne pooit, hors issir molt doutoit. Lors commenca a plorer et a tranbler et ne sauoit que elle pooit faire, ne en nulle rien n’auoit fiance ne esperance fors en la misericorde nostre signour tant seulement. Et asses tost apres elle vit a soi venir vrie grande tourbe de dyables des queils la maison v mon cors estoit, les rues, les places de la cite estoient plaines et avironnoient tuit m’ame, et disoient ensi: "Chantons a ceste chaitiue ame chant de mort. Car nous li deuons chanter car ele est fille de mort et de feu pardurable qui estaindre ne puet. Ele a ame tenebres et hai lumiere". Il estraitignoient lors dens et de la grant foursenerie dont il estoient plain il se batoient et ferroient parmi les joes et disoient: “Regarde chaitiue ame. Veis ci la compaignie que tu as amee aveucques la quele tu venras en enfer en tourment pardurable, car tu as ame et nouri discorde et plais et tencons, ce que nous amons. Ou est or endroit ton orguel? ou est le delit que tu auoies en pechie de luxure? ou est ta vane gloire et ta vane leece? ou est ton ris desatempres? et ta force v tu auoies si gran fiance? pour quoi ne guignes tu de l’ueil? pour quoi ne trespes tu dou pie? pour quoi ne penses tu le gran malisce en ton cuer ensi que tu le soloies faire?”  Et si comme il disoient tels paroles l’ame si regarda vers le ciel et vit de molt loing venir vers li [et] descendre vne lumiere autresi comme vne estoile tres clere et bien resp[l]endissant et si tost comme elle la vit si mist grant entente a regarder. Et ot m’ame esperance que ce fust acune aide ou acun confort que diex li envoiast. Et c’estoit l’aingle de paradis qui l’auoit gardee a monde et quant il s’aproca de li si le salua par son propre non, et dist ensi: “Tondalus, diex te gart.” Quant elle vit si bel jouencel qui l’ot ensi saluee par son propre non si fu raemplie de joie et de gran paour ensanble, et li respondit ensi: “Halas mon signour, les doleurs d’enfer m’ont avironnee et sui cheue es las de la mort”. L’angle li respondi et dist: “Or endroit m’apeles tu ton seigneur et auecques toi ai tous jours este, ne onques mais ne scuis que je fuisse dignes de tel non”. L’ame respondi et dist: “Sire, je ne vous vic onques mais ne n’oi vostre douce parole”. L’angle respondi et dist: “Des cele heure que tu fu‹e›s nes sour terre j’ai estet tous jours aueicques toi, ne onques mon consel ne vosis croire”. Lors leua l’aingles sa main et seigna l’ame. Et illueques auoit vn dyable entre les atres qui faisoit pis a l’ame que tuit li atre et le monstra l’aingle a l’ame et dist: “Vois tu celui la par qui tu as fait ce que tu faisoies, mais soies seure et lie car tu auras la misericorde de nostre signour et soufferas poi des tourmens que tu as deservis. Vien t’en apres moi et ce que je te monstrerai retien en ton coraige et ne le met pas en oubliance, car tu retourneras arieres a ton cors”. Quant l’aingles ot ce dit si fu l’ame molt espoentee si s’approcha molt de lui. Adont furent li dyable foursene quant il oirent ceste parole, car il sorent bien et virent qu’il n’aroient pas poissance de faire mal a l’ame, et blasmoient nostre signour et disoient que il n’astoit pas justes, car il ne rendoit pas a chescun selon ce que il auoit deserui, si comme il auoit promis. Et de la grant foursenerie dont il estoient plain il s’entrepilloient et batoient l’un l’atre tant comme il pooient et fisent grans plaies et se departirent d’iluecques molt iries et tres grant puour laissierent illuecques.

Lors dist li angles a l’ame: “Vien t’en apres moi”. L’ame respondi et dist: “Ha sire, se vous ales deuant moi ces dyables ventront par derriere et me prendront et me menront en enfer”. Li angles dist: “Ne te doute pas, car nous auons grignour aide que il n’ont. Se diex est pour nous qui puet estre contre nous? Il est escript par le prophete: «Cadent a latere tuo mille et decem milia a dextris tuis, ad te autem non appropinquabit. Verumptamen oculis tuis considerabis et retributionem peccatorum videbis». Quant il ot ce dit si alerent auant.

[Q]uant il furent longement ales par tenebres que nulle clarte n’auoient fors de l’aingle, si virent vne valee molt orible et molt espoentable et molt tenebreuse qui estoit molt parfonde et plaine de charbons ardans. Sus celle valee auoit vn couerche de fer de .vii. coustes d’espoisse qui estoit plus haut asses que les charbons qui ardoient dedens. D’iluccques issoit vne tres grande puour qui plus greuoit a l’ame a sentir que le chaleur dou feu ne faisoit. Desus cel couercle de fer descendoit grant multitude de chaitiues d’ames qui estoient iluecques ausi comme le lart est frit en la paelle et puis si astoient coulees parmi cel couercle ausi comme cire parmi vn drapel lingne, et ensi descendoient parmi le couercle de feu ardant au fons de la valee dedens les charbons ardans. Et iluecques estoient tormentees de nouel torment. Lors dist li angles a l’ame: “En ceste paine sont tourmentes tuit cil et celles qui ocient leurs peres et leurs meres et lors suers et lors freres ou atres gens. En cest meismes torment sont tormente tuit cil et celes qui volentiers euissent fait occision se il peuissent ou acun mourdre ia soit que il ne l’aient pas fait. Apres cest torment seront tormentes et menes en grignour mais tu ne les soufferras pas ia soit ce que tu l’aies bien deserui”.

[A]pres si virent vne montaigne meruilleusement grant et anguesseuse a ciaus qui le passoient. De l’une partie de cele montaigne auoit feu orible et plain de souffre, de l’atre partie auoit noif froide et vent molt froit et tres orible. Et estoit cele montaingne plaine de dyables qui tenoient fourches de fer ardans molt agues dont il tormentoient les ames par illuecques passans, et les getoient de noif froide en feu ardant, et dou feu ardant en la noif. Lors dist li angles: “C’est ci le torment des tricheurs”.

[A]pres vinrent en vne valee molt tenebreuse qui estoit si parfonde que l’ame ne pooit veoir le fons. Illueques estoit la noise et l’oriblete d’un flun plain de souffre qui couroit parmi cele valee et oi cele ame les cris et les plaintes que les ames faisoient qui estoient illuecques tormentees. D’illuecques issoit vne fumee si puant que plus greuoit as ames a sentir cele fumee que tout le tourment qu’eles auoient souffert pardeuant. Par desus cele valee auoit vn pont qui tendoit de l’une montaingne a l’atre qui auoit bien .m. pas de loric et n’auoit pas plus d’un piet de large. Ne nuns ne pooit passer sus ce pont fors que cil que diex auoit a sa partie eslis. Desus ce pont vit cele ame maintes ames trebuchier el flun de souffre boullant et vit vn prestre tant seulement qui passa molt ligierement cest pont et portoit vn rain de palme en sa main. Lors dist li aingles a l’ame qui molt doutoit a passer cel pont: “Ne te doute pas, car de cest torment seras tu deliures, mais autre que cesti soufferras tu”. Et la mena outre ce pont sans painne souffrir et dist ensi: “En ceste orible valee sont tormentet li orguilleus".

[A]pres entrent en vn autre chemin<s> tout tenebreus et vit cele ame vrie bieste molt orible et molt espoentable qui estoit plus grande que toutes les montaingnes qu’ele auoit veues pardeuant. Et auoit le[s] euls si grans et si clers que ce sanbloient estre grans cierges ardans et sanbloit que bien peuist entrer en sa bouche ix. mil a[r]mes. Et astoit ouuerte, et auoit .ii. paiens seans en la geule de ceste beste dont li vns auoit les pies vers les dens desus et le chief vers les dens desous. Et estoient ensi ces .ii. paiens seans en la geule de cele beste ausi comme .ii. colonbes et par illueques issoit flame qui estindre ne pooit qui estoit molt puant. Et molt de chatiues ames par celle geule ou ventre de cele beste entroient qui grans cris <cris> orribles getoient et estoient illueques tormentees. Grant torbe de dyables auoit deuant cele beste qui batoient les ames molt asprement et puis les metoient en cel torment. Quant l’ame ot asses regarde cest torment si fu molt espoente, et dist a l’aingle: “Sire, pour quoi aprochons nous cest torment”? Li angles respondi et dist: “Nous ne poons ceste voie eschiuer. Car cest torment ne puet nuns fuir fors cil que diex at en sa partie eslis. Ceste beste est apelee Acherons de quoi l’escriture dist ensi: «Absorbebit fluuium et non mirabitur et habet fiduciam quod inflaut Jordanis in os eius». Illuecques sont tormente li auer. Et ces .ii. ames que tu vois en sa geule qui sont entre ses dens ce sont les ames de .ii. paiens qui furent en leur temps molt preudomme selonc leur loi”. Et quant il ot ce dit, si s’approchierent de cele beste. Et tantost li angles se departi de l’ame, et le laissa illuecques entre les dyables. Quant li dyable virent l’ame si l’auironnerent ensi comme chiens enraigies, et la tormenterent de grans tormens et la menerent dedens le ventre de cele beste.

Illueques souffri morsures de chiens d’ours et de lyons et de serpens et d’atres bestes diuerses que teles n’auoit onques veu ne conneu, et grant torment de dyables grant ardour de feu grant asprete de froit grant puour de sotiffre, grans tenebres grans pleurs grans cris grans estraindemens de dens, et s’acusoit de ses pechies et disoit ce qu’ele auoit fait. Et de la tres grant forsenerie ou ele estoit ele meisme de ses propres mains se feroit parmi ses joes et se deschiroit de ses ongles et cuidoit illuecques estre dampnee pardurablement. Et asses tost apres ele se senti hors de cele beste, et ne sauoit comment ele en astoit issue fors par la grasce de dieu. Et ele gisoit loing d’illueques molt foible et regarda les li et vit son angle et ot molt gran joie quant ele le vit. Ja soit ce que ele euist este molt tormente[e], ele commencha molt a loer nostre seignour de la misericorde qu’il fait li auoit. Lors la toucha li angles et la conforta et fut toute garie.

Apres entrerent en vn atre chemin molt orrible et quant il furent longement ales, si virent vn estanc molt grant et molt large et plain de grant tempeste, dont li flot estoient si haut que l’en ne pooit le chiel veoir pour la hautece de ce flot. Dedens cel lac auoit vne grant multitude de bestes viues molt espoentables, et pardesus auoit vn pont qui astoit molt lons et molt angoisseus plus asses que l’atre pont que l’ame auoit veut pardeuant, et estoit ce pont plains de clous agus de fer qui depiechoient les pies des ames qui par illuecques aloient, et desous ce pont s’asanbloient ces bestes uiues qui atendoient lor viande a auoir des ames qui illuecques trebuchoient de ce pont dedens le lac. Et estoient ces bestes orribles ausi grans comme grans toriaus, et de lors geules issoit feu si grant et si fort que il sanbloit que le lac en boullist. Desus ce pont vit l’ame vne atre ame qui forment ploroit et s’acusoit de molt de pechies, et estoit charge[e] d’un sach plain de froment, qui molt auoit les pies depechies de clos qui estoient ou pont fichies. Ja soit ce qu’ele fust molt tormentee si auoit ele grignour paour de trebuchier dedens le lac et d’estre devoree des bestes. Lors demanda l’ame a l’angle quel torment ce estoit. L’angles respondi et dist: “Cest torment as tu especiament deserui et tu et tout cil qui te resanblent qui ont fait larencin ausi comme tu as fait grant ou petit. Meis cil qui ont fait grans larecins sont plus tormente que cil qui ont fais les petis, fors le petit n’est sacrilege. Car qui c’onques fait sacrilege il est coupables de mort, celi qui emble chose sacre[e] ou en lieu sacre chose qui n’est mie sacree soit grant soit petite, et especiament cil qui emblent et sont en abit de religion. C’est force qui conuient que tu passes cest pont et que tu mainnes vne vaiche en ta main, car tu l’emblas”. L’ame respondi lors et dist: "Ha sire, je la rendi". “Voirement la rendis tu mais ce fut quant tu fus aperceus et que tu ne l’osoies ne pooies plus tenir ne garder. Et pour ce ne souffreras tu pas plenier torment, car voloir mal faire n’est pas si grant mal comme parfaire le mal ja soit ce que il vns et li atres soit molt grant”. Lors li monstra li angles vne vaiche de molt diuerse maniere. L’ame la prist vosist ou non et l’amena desus le pont. Lors s’asanblarent ces orribles bestes des[o]us ce pont et atendoient que l’ame trebuchast aual por deuorer la. Et quant l’ame voloit auant aler la vaiche s’arestoit. Et quant la vaiche estoit droit sus le pont l’ame cheoit. Et quant l’ame se redrechoit la vaiche cheoit. Et ensi aloient a la fois en estant a la fois en cheant tant qu’il vinrent en milieu dou pont. Illuecques vit l’ame vne atre ame qui venoit de l’atre part dou pont a l’encontre de li, qui molt estoit cargie de ble. Et quant l’une aprocha l’autre, si commenca chascune a priier que il li feist voie si qu’ele peuist passer le pont outre. Et estoient illuecques ces .ii. ames sus ce pont, et ploroient pour ce que passer ne pooient ne n’auoient pooir de retourner ne de regarder derieres eles, et molt estoit le pont soillie dou sanc qui de lors pies issoit. Quant il curent ensi longuement este illuecques si furent passe li uns l’atre et ne sorent en quelle maniere. Et tantost fu cele ame outre le pont, et regarda leis li et vit son angle qui li dist ensi: “Bien viegnes tu, de ceste vaiche n’as tu plus que faire, car tu ne li dois riens plus”. Lors monstra l’ame ses pies a l’angle qui estoient tout depechies des elos qui estoient fichiet ou pont et dist qu’elle ne poroit aler auant. “Or te dois tu ramenbrer comme tes p<ech>ies ont este isnel pour sanc espandre, et pour ce as tu tromie voie plainne de tribulation”. Lors toucha a li et le sana. Apres entrerent en vn atre chemin et dist l’ame a l’angle: “Sire, ou alons nous orendroit?” Li angles respondi et dist: “Vn dyables de molt orrible forme atent nostre venue, car nous ne poons l’ostel eschiuer qui est tous jours plains d’ostes, et encor atent autres nouiaus ostes pour eus tormenter”.

Quant il furent longuement ale par tenebres si virent vne maison: reonde ausi comme vn four, haute estoit et auoit en cele maison bien mil fenestres molt grans dont il issoit molt aspre feu et molt chaut. Quant l’ame vit ce si fu molt espoentee et dist a l’angle: “Ha sire, nous alons as portes de la mort. Lasse dolente, qui me deliurera de torment?” L’angle dist: “Dou feu qui par les fenestres ist seras tu deliuree, mais en la maison te conuient entrer”. Et quant il furent aprochie d’illuecques si virent dyables qui tenoient cuignies et coutres et bisaigues et doloires et autres instrumens de fer molt agus pour les ames tourmenter qui illueques estoient, et molt auoit ames illuecques qui ce torment soustenoient. Lors dist l’ame a l’angle: “Sire, je te pri se il te piaist que tu me deliures de cest torment ci tant seulement, et en tous les atres ou nous irons ie me metrai pour estre tormentee”. Lors li dist li angles: “Cest torment ci est grignour que tous ceus que tu as veu pardeuant, mais encor verras tu plus grans. Or entre dedens, car li dyable t’atendent ausi comme chien enraigiet”.

Lors commenca l’ame a fremir et a trambler de la grant paour qu’elle auoit et molt prioit a l’angle qu’il li laissast eschiuer cel torment, mais li angles ne li otria pas. Quant li dyable virent qu’ele lor estoit otroie pour tormenter, si la prisent a lor instrumens et la tormenterent molt asprement. Et estoit le maistre de ceste maison apeles Philistrinus, et estoit la maison toute plainne de feu ardant. Et les ames qui la dedens estoient estrainghoent les dens de la grant angoisse qu’eles soustenoient, et genissoient et auoient si grant dolour que meruelles estoit. Et molt auoit illueques hommes et femmes qui cel torment soustenoient et non pas seulement gent dou siecle mais aweic eus gent de religion. Illuec fu cele ame molt tormentee et disoit que bien l’auoit deserui, mais quant il plot a dieu ele se trouua hors de torment et ne sauoit en quele maniere ele en estoit issue. Lors vit deles li son angle et dist: “Ha sire, ou est ce que dist le prophete: «Misericordia domini plena est terra»?” Li angles respondi et dist: “Par ceste parole sont maintes ames deceues. Car diex est iustes ia soit ce que il soit misericors, asses veng<n>e et punist de pechies et asses en pardonne par sa misericorde, mais la paine que tu as soufferte as tu bien deseruie. Et lors rendras tu grasces a dieu, car tu verras de queil torment il te deliura par sa misericorde. Se diex pardonnoit tous pechies, pourquoi <ne> seroit homme justes? et se hons ne doutoit les tormens d’enfer, pourquoi douteroit il a pechier ne a faire sa volente? Et quel mestier seroit que pecheours se repentissent ne confessaissent de leurs pechies, se il ne doutoient dieu? Diex par sa grasce espargne les pecheours qui penance ne font en lors vies, il les tormente de leurs pechies. Et a iustes il oste et soustreit des biens pardurables que il auront en la compaignie des angles. Et si est si bons et si courtois qu’a tous et a toutes qui bien font soit poi ou grant il lor en rent lor loier et lor guerredon. Mais nul homme ne nulle femme tant comme il soit en vie n’est sans pechie, non pas vn enfant qui or endroit est nes. Mais maintes ames sont deliurees des tormens d’enfer par la misericorde de dieu ia soit ce que il aient pechie, et sont menees veoir les painnes d’enfer quant elles trespassent de lors cors auant que on les presente en la glore de paradis, pour ce que il plus puissent loer lor creatour et auoir grignour joie et grignour leesce des tormens dont il les a deliures par sa misericorde. Et ausi les ames des da[m]pnes sont auant menees veoir le glore de paradis qu’eles soient presentees as tormens d’enfer, pour ce qu’eles soient plus tormentees et plus courecies de la glore et de la hautece de paradis et de la compaingnie des sains angles et des autres glorieus sains que il ont perdue par lors pechies. Ne nul si grant torment n’est ne si grant doleur ne ne puet estre comme de perdre la compaignie de dieu et des sains. Et pour ce[li]prestre que tu veis qui passa le premier pont si hardiement fu auant mene veoir les tormens d’enfer que il fust menes en la glore de paradis pour ce que il rendist a dieu plus grans grasces des tormens dont il l’auoit deliure <et deliure> par sa misericorde. Car il auoit dieu serui loiament et saintement, et pour ce sera il couronnes de couronne de vie pardurable que diex a promis a ciaus qui le seruent et qui font sa volente. Or alons auant, car nous n’auons pas encore este en tous les tormens”.

Apres alerent vn autre chemin et virent vne beste meruilleusement grant qui auoit .ii. pies et .ii. eles, et virent le col molt lonc et le bec et les ongles de fer et de son bec issoit flame de feu molt aspre et molt fort. Et estoit sour vn estanc plain de glace et deuoroit dedens son ventre les ames qui la estoient en tel maniere que il venoient ausi que a noient par le torment que il souffroient et puis si les metoit hors en la glace de cel estanc. Et la estoient tormentees de torment nouel et puis engroissoient et empreignoient ausi comme femme qui est grosse d’enfant et non pas tant seulement les fammes, mais ausi les hommes comme les fammes et sentoient dedens leur ventres aspres morsures de serpens dont il estoient preing. Et quant le temps venoit qu’eles deuoient enfanter si crioient si orriblement que il emploient tout enfer de noise et de grans vllemens. Lors enfantoient serpens ausi les hommes comme les fammes, et issoient ces serpens non pas tant seulement par les membres par quoi femmes enfantent par nature, mais ausi parmi tous les autres menbres, et auoient testes et bes de fer molt agus de coi il tormentoient les ames dont il issoient molt asprement. Et auoient ces orribles bestes keues plaines d’aguillons fais ausi comme croces. Et quant eles issoient de ces chaitiues d’ames eles ne pooient apres eles traire leur keuwes pour leur aguillons qui astoient crocus, si retournoient leur bes de fer ardant et feroient ces ames et maingoient dusques as ners et as os. Et dou grant tourment qu’eles souffroient eles crioient si orriblement que lor vois et lor cris estoient ons dusques au ciel, et auoient ces ames sour tous leur meribres bestes de diuerses manieres, qui auoient langues qui fichoient dedens ces ames jusques as pomons. Lors dist li angles a l’ame: “Ci sont tormente li faus moinne, li faus chanoine, les fauses nonains, les autres faus beneficie<n>s de sainte eglise, qui ne se sont pas garde de mal affaire ne de mal dire. En cest meisme torment sont tormente tuit cil et toutes celes qui sont en pechie de luxure et conchie ci soullie. Et pour ce que tu es coupables de tel pechie cesti torment te conuient il endurer”. Quant li dyable oirent ceste parole, si ravirent cele ame et la baillierent a cele orrible beste pour deuorer. Et quant ele fu tormentee ausi comme les autres ames qui la estoient ele fu preingne de serpens ausi comme les autres, et le temps vint qu’ele deuoit enfanter, si s’aprocha li angles de li et la toucha et tantost elle fu sauee et garie. Et li dist: “Vien<t> apres moi”.

Lors entrerent il en vn autre chemin molt horrible angoisseus et trop espoentable et si tenebreus que nule lumiere il n’auoient fors sculement de la clarte et de la resp[l]endisseur del angle. Et sanbloit que il descendoient d’une haute montaingne en vn gran val <ci>, et tant plus aloient et mains auoit l’ame esperanche de retourner a vie. Lors dist l’ame a l’angle: “Sires, ou alons nous”? L’angles respondi et dist: “Ceste voie mainne a la mort”. L’ame respondi: “Que est ce dont que l’escriture dist qui dist ensi: «Lata et spaciosa est via que ducit ad mortem et multi sunt qui intrant per eam?» Et nous n’encontrons ne ne veons en ceste voie fors que nous tant seulement”. L’angles li respondi et dist: “De ceste voie ne dist pas l’escriture mais de la mauaise vie dou siecle que on tient par quoi on vient a ceste voie”. Quant il furent aualet en la valee qui molt estoit profonde si virent la forges. Lors dist li angles a l’ame: “Le maistre de ceste valee est apeles Wulcain qui par son malise et par son engien a maintes ames trebuchies en painne et en tourment”. Lors dist l’ame a l’aingle: “Sire, doi ie souffrir cest tourment?” Li angles li respondi et dist: “Oil voirement le dois tu souffrir”. Quant li dyable oirent ceste parole si auironnerent cele ame et la prissent a leurs instrumens de fer que il tenoient et a s. angle nulle parole ne disent puis la getierent en vne cheminee de feu ardant plainne et commenchierent le feu a souffler a leur souffles ausi comme on sotiffle quant le fer est en la fournaise et illuecques tourmentoient les ames tant qu’eles venoient ausi comme a noient. Et quant eles estoient ensi tourmentees si en prenoient .xx. ensanble u XL. u .L. u .C. <u> .CC. a leurs instrumens de fer et les metoient en vn tas sus une englume de fer et batoient de maus de fer, et puis disoient les atres dyable qui estoient es autres forges: “Getes nous par deca ces ames si les tourmenterons encor”. Lors les getoient ces dyables aus autres qui astoient es autres forges qui les recoilloient a leurs fourches de fer auant que il cheissent a terre. Et ensi comme elles auoient estet tourmentees en la premiere forge<s>, estoient eles tourmentees en l’autre. Et ensi les getoient il des vns as autres tant que les piaus et la char<e> et les os venoient si comme a noient, et molt desirroient ces ames la mort mais morir ne pooient. Quant vint apres vne espase de temps qu’ele ot estet tourmentee si vint a li le s. angle et la mist hors dou feu ou ele estoit et li dist ensi: “Comment te senstu? or endroit bien te doit menbrer et souuenir comment tu as fait la volente de ton cors et les delis pour coi tu as souffert si gran tourment”. Mais la chaitiue ame n’auoit pas tant de pooir que ele peuist mot dire. Lors dist li angles a l’ame: «Letare filia lucis quia dominus deducit ad inferos et reducit». Ja soit ce que le tourment que tu as soutenu soit grans, encor verras tu grignour, par coi tu seras deliuree par la misericorde de Dieu et saches que toutes les ames que tu as veues jusques ci atendent le jugement dieu mais celes que tu verras d’or enauant sont ja jugies. Or alons auant, car tu n’as pas encor veus les tourmens d’enfer.”

Apres entrerent en vn autre chemin et quant il furent vn poi ales auant, si virent soubitement si grant horreur et si grant froit et si grant pueur et tenebres et tribulation et angoisse si grant que il astoit auis a l’ame que tous li fondemens de la terre trambloit sous ses pies. Et dist lors a l’angle: “Sire, comment va ce que je ne puis ester sus mes pies ausi comme je soloie”? Tantost qu’ele ot ce dit si s’aresta illuec et ne se pot remuer pour la tres grant puour qu’ele sentoit. Lors se parti l’angles de li et la laissa en tele maniere qu’ele ne pooit veir, et lors se commencha a desesperer, car bien trouua et dist et vit ce que l’escriture dist: «Non est sapientia neque scientia nec opus nec ratio apud inferos». Illuecques oi grans cris et grans vllemens que les ames faisoient qui illu[e]cques estoient tourmentees, et grans cos de tonnoire qui molt horriblement tonnoient tel que nul homme ne poroit penser le cri ne la noise qui la estoit. Lors regarda l’ame entours li pour sauoir s’ele poroit veoir le chemin par quoi il astoient venus et vit deles li vne fosse quarre[e] ausi com vne cisterne dont il issoit vne conlunbe de flamme et de fumee ensanble molt puant et molt horrible, et estoit si haute que ele auenoit au ciel. En cele flame auoit grant multitude d’ames et de dyables ensanble qui montoient en haut aweicques la flame ausi comme flamaiches de feu, et dou tourment que il souffroient venoient si comme a noient et puis trebuchoient arieres en la fosse jusques au fons. Quant l’ame ot ce regarde si se vout arieres traire mais ele ne pot. Et quant ele vit qu’ele ne se pooit remuer si fu molt espoentee et de la grant foursenerie qu’ele auoit ele depechoit ses yeus de ses propres ongles, et dissoit en criant: “Lasse dolante, pour coi ne puige morir or endroit? quele foursenerie m’a deceu?” Quant li diable qui montoient aweques la flame oirent cele ame si criier si l’avironnerent atout leur instrumens de coi il tourmentoient les ames et disoient ensi: “Ame chaitiue, digne de tourment pardurable, dont es tu ci venue? encor n’as tu riens souffert, mes orendroit verras tu tourmens de coi tu es bien digne pour les pechies que tu as fais, dont tu ne poras jamais issir ne dedens tu ne poras morir mais tous jours viuras et ardras en tourment sens clarte sens confort sens aide nule ne des or en auant n’atendras nule merchi, car tu es venue jusques as portes de la mort pardurable et or endroit seras presentee au tourment d’enfer. Cis te dechut qui ci t’amena. Or te deliure de nos mains se il puet, car tu ne le verras plus”. Et disoient il vns as autres: “Pour coi atendons nous que nous ne le baillons a Lucifer pour deuorer la”? Ensi manechoient cele ame de mort pardurable et estoient noir comme charbon, les yeux avoient clers comme lampes ardans les dens blans comme noif, et auoient keuwes ausi comme escorpions et ongles de fer et eles. Et crisi que il manecoient cele ame, le s. angle vint et apparut illuec et chaca tous ces diables et conforta l’ame et dist ensi: «Gaude et letare filia lucis quia misericordiam et non judicium consequeris». Tu verras grans tourmens mais tu ne les soufferas pas. Vien apres moi et je te monstrerai le tres pe[s]me anemi de l’umain linaige". Lors se mist li angles a aler deuant droit as portes d’enfer et dist a l’ame: “Vien apres moi et regarde ce que je te monsterai et saches tu que cil qui ci sont ne puent veoir, car il n’ont nule clarte mais tu les verras bien”.

[L]ors s’aprocha l’ame d’ilueques et vit le prince de tenebres et les tourmens et les paines quels et conbien grans il estoient, s’ele poist auoir .c. testes et en chescunne teste peuist auoir .c. langues, ne le peuist ele dire ne raconter. Illuec estoit cel tres pesme dyable qui grignour estoit que toutes les bestes que l’ame auoit veue pardeuant. Et estoit noir com un corbel et auoit fourme d’omme tres les pies jusques a chief, fors que tant que il auoit bien .c. mains et auoit keuwe et auoit bien .c. coustes de lonc et auoit .x. coustes de gros et auoit ongles de fer grans et lons ausi comme vne lanche, et auoit molt lonc cors et molt gros et la keuwe molt lonc et molt aspre qui estoit plainne d’auillons molt agus pour les ames tourmenter. Et gisoit cel orrible dyable sus vn greil de fer qui estoit assis sus grant plentet de charbons ardans. Illuecques auoit grant multitude de dyables qui souffoient le feu a souffles, et tant auoit environ ce pesme dyable autres dyables et ames ensanble que nul homme nel peuist croire que de tout le monde des le commencement peuissent yestre tant d’ames issues que illueques auoit. Et estoit ce dyable loies par toutes les jointures de chescun menbre a grosses chainnes de fer et d’errain ensanble ardant pour le grant tourment que il souffroit et pour le tres grant foursenerie dont il estoit plains et se tournoit de l’un coste sur l’autre et estendoit ses mains en la grant tourbe de ces ames et les prenoit et estraingnoit ausi com vn homme estraint vn roisin en sa main pour faire issir le vin. Et en tele maniere il les estraingnoit que il lor ronpoit testes ou pies v mains et puis sou<s>spiroit et souffloit et departoit ces ames en infer par diuers tormens, et tantost apres issoit flame de cele fosse molt horrible et molt puant. Et quant cel horrible dyable retraioit a soi s’alainne si retournoient arieres toutes ces ames aweques grant puour de souffre dedens son ventre. Et quant il auenoit si disoit li profet: «Conuertere anima m[ea]m requiem tuam quia dominus benefecit tibi». “Tu ne souffreras pas ces tormens, de ci enauant plus ne les verras se tu ne les desers de rechief. Or as tu veut les chartres et les prisons des anemis dieu, des or enauant verras la glore de<s> ses sains et de ses amis...”

Lors se departirent d’illueques et entrerent en vn autre chemin et tantost comme il furent vn peu eslongies, l’ame ne senti point de puour, toutes tenebres se departirent et entrerent en clarte, tristece et puour se departirent et entrerent en joie et en leesce, de coi molt se meruilla l’ame et dist a l’angle: “Sire, je m’esmeruelle molt de ce que je sui si tost sauee et garie et muee de tristece en leesce et en joie”. Li angles respondi et dist: “Tu soies <bonne> beneeite, ame bonne euree, ne doutes pas”. Et puis dist ceste parole que dist li prophetes: «Hec est mutatio dextere excelsi». Apres si li dist ensi: “Vien ent apres moi et rent grasces a dieu, car par vn autre voiaige nous conuient aler”. Quant il furent auant ales si virent vn mur molt haut et entrerent dedens, et en cele partie par coi il estoient entres auoit molt grant multitude de hommes et de femmes tristes et iries qui auoient fain et soif et ventoit et plouoit sur eus mais il avoient lumiere et ne sentoient nulle pueur. Lors dist li angles a l’ame: “Chiaus que vois ci pechierent mais ce ne fu pas molt, il veskirent ases honestement mais des biens temporeus qu’il auoient ne departirent pas as poures pour dieu, et pour cou suefrent il pluie et vent et fain et soif mais quant il plaira a dieu il seront mis en repos”.

Et apres alerent il vn poi auant et virent vne porte qui s’ouuri a l’encontre d’iaus et entrerent dedens et virent vn gran champ cler et bel et delitable plain de flours et de molt grant odeur. Illueques auoit grant multitude de hommes et de femmes en grant joie et en grant leesce qui tous jours estoient en celle clarte et en cele joie, car illuec n’estoit nulle fois nuit. En cel champ auoit vne fontaine d’yawe viue. Lors dist a l’ame li angles: “Ci sont cil qui se sont garde de pechiet et ont fait bien, mais poi en ont fait et ne sont pas encor dignes d’estre en la compaignie des sains, et de ceste fontainne qui c’onques en beura il ara vie pardurable.” Illueques vit cele ame ii rois que il auoit veut a siecle auant qu’il fuissent mors, dont l’un auoit nom Cocober et l’autre Donatus, et quant il les aperchut si dist a l’angle: “Sire, par quelle merite esce ci ii rois sont ci venus? Quant il estoient au siecle il estoient molt anemis li vns a l’atre”. L’angles respondi et dist: "De la haine que il orent ensanble il se repentirent auant la mort. Et fu le roi Cocober longuement en enfermete et promist que s’il eschapoit de cele maladie qu’il seroit moines et si fu il. Et li rois Donatus fu longuement liies en loiiens de grant langeur et tout cou qu’il auoit donnoit as poures pour dieu. «Et ide<i>o justicia eius manet in seculum seculi». Or detien bien ce que tu verras, car tu le raconteras aus gens qui viuent au siecle".

D’illueques alerent il vn poi auant si virent vne maison aornee de meruilleus aornements dont les parois estoient d’or et d’argent et de toutes manieres de pieres precieuses. En celle maison n’auoit ne huis ne feniestres mais dedens entroient tuit cil qui voloient, ci estoit toute reonde et molt large sens pilers et sens conlonbes et estoit si clere et si resplendissans que il sanbloit que la euist tex vn clartes que la clarte dou soleil. Illueques auoit vn siege d’or aorne de tous aornemens de soie et de pieres precieuses. En cel siege se seoit vn rois que cele ame auoit veut et conneut quant il viuoit, car il auoit estet son signour a monde, et auoit a non cel roi Chormart et estoit vestus de tres meruilleus vestemens et tres precieus. Illueques venoit grant multitude de saintes ames qui offroient ci donoient dons a ce roi. Apr<r> es venoit grant multitude de prestres tous reuestus de chasubles de soie et d’autres aornemens molt presieus autresi comme pour la messe chanter, et metoient cele maison sus tables henas et calisces d’or et d’argent et boistes d’iuoire. Illueques auoit si grant glore que se nulle ne fust grignour ou ciel si sanblaist il qu’ele peuist bien souffire. Et tout cil qui a ce roi <s’>offroient flechissoient les genous et dissoient: «Labores manuum tuarum quia manducabis beatus es et bene tibi erit».

Lors dist l’ame a l’angle: “Sire, je m’esmeruel de ces gens ci qui deuant ce roi seruent, car je n’en connois nuns qui fust de sa mainnie quant il viuoi”. L’angle respondi et dist: “Cil qui sont ci<l> ne furent pas de sa maisnie, mais ce sont les poures et les pelerins Jhesu Crist as ques li rois departoit ses biens et donnoit pour dieu, et pour cou il li est [tot] gueredonnes en vie pardurable par lors mains”. Lors dist l’ame: “Sire, a li rois souffert nuls tourmens puis qui fu mors”? Li angles li dist: “Oil il at souffert tourment et sueffre encor chescun jour; or t’atent vn poi si le verras”. Quant fu passes vn poi de temps si deuint celle maison toute obscure et s’en issi li rois hors tout plorant et estoit molt tristes. Et toutes les saintes ames que cele avuoit veu seruir deuant le roi auoient les mains jointes et disoient a genous: “Sire diex omnipotent, si comme il te plaist aies merchi de ton sergant” Et estoit li rois en feu dusques au nonbril, et d’ilueques en haut estoit vestus d’une haire. Lors dist li angles: “En ceste painne est li rois iii fois le jour c’est par iii heures, et par xxi heure en repos, et pour cou que il conchia et brisa le sacrement de mariaige par le pechie de luxure il est en feu jusques au nonbril, et porte le haire pour ce qu’il fist tuer vn conte deles S. Patrice. Et tous ses pechies li sont pardones fors ces ii. ... Apres alerent vn autre chemin et quant il furent vn poi ales auant si virent vn mur tout pur d’argent molt haut molt eler et molt resplendissant ou il n’auoit nulle porte, et entrerent dedens mais l’ame ne sot comment. Illueques vit grant multitude de benoites ames plainnes de grant joie et de tres grant le[e]sce et estoient hommes et flemmes ensanble qui tout looient la sainte trinite et disoient ensi: “Gloire soit au roi le pere et le fil et le saint esperit.” Et estoient vestus de blanches robes ausi comme nois est blanche et resplendissant quant le soleil luist desus, et chantoient vn chant molt dous et plain de grant melodie. Clarte, joie, delit, sante, biaute, honeste, eternite, vnanimite et charite auoient tout ensamble ingaument. La grant doucour de leur chant sourmontoit toutes autres odours. Lors dist li angles a l’ame: “C’est ci le delit des hommes et des femmes qui loiament ont garde lor mariaiges et ont gouuerne lor mainnie bien et iustement et saintement et lor ont ensaingnie a bien faire et a douter nostre signour et a amer et a faire sa volonte, et ont donne et departi de leur biens as poures en l’onneur de Jhesu Crist et as eglises, qui a jour dou jugement orront ceste parole que dist nostres sires en l’ewangile: «Venite benedicti patris mei, percipite regnuum quod vobis paratum est ab origine mundi». Molt prioit l’ame a l’angle que il le laissaist illueques demourer mais il ne li otria pas. D’illueques se departirent et alerent auant et toutes les conpaingnies des sain<te>s <ames> par la ou il passoient les venoient a l’encontre et saluoient cele ame par se propre non et disoient: «Laus tibi domine rex eterne glorie, qui non vis mortem peccatoris sed vt conuertatur et vivat». C’est a dire: ‘Loenge soit a toi roi de pardurable glore, qui ne veus pas la mort dou pecheur, mais veus qui soit conuertis et viue, qui par ta misericorde as ostee et deliuree ceste ame de painne et des tourmens d’ienfer et mise en la compaingnie de tes amis et de tes sains’“. Et quant il eurent passees molt de conpaingnies de sains et de saintes si virent vn autre mur ausi haut comme le premier qui estoit de tres pur or et de tres cler si que plus se delitoit l’ame a regarder la clarte et la resp[l]endisseur de cel mur que toute la gloire que ele avoit veue pardeuant. Et entrerent dedans ce mur, mais ne seut l’ame comment, car nulle entre[e] n’i auoit. Et virent illueques molt sieges de fin or et apparillies et aornes et couers de tres pretieus aournemens et de toutes manieres de pieres pretieuses. Illueques seoient hommes et femmes et viellars vestus de soie et de blanches estoles et de tous diuers aornemens tex que onques n’auoit tes veus ne ne peuist pas penser que tex penissent yestre. Et estoient ces saintes ames si belles et si cleres que la face de cele ame resplendisoit ausi comme le soleil resplendist endroit midi. Et auoient les cheuiaus sanblans a or et auoient couronnes d’or en leur tiestes aornees de pieres pretieuses et auoient deuant iaus lettrins d’or sus lesquels il auoient livres escris de lettres d’or et cantoient ces saintes ames “Alleluya” et vn nouel chant si douls et si plain de melodie que ame qui vne fois auoit leur vois oie oblioit tout ce en l’eure qu’il auoit veut pardeuant. Lors dist l’ame a l’angle: «Isti sunt saneti qui pro testamento dei sua corpora tradiderunt et in sanguine<m> agni laueruut stolas suas». C’est a dire: “Ce sont li sain qui lors cors ont baillie pour le testament nostre signour et mis en tourment qui laissierent la mauaise vie dou siecle et se conuertirent a dieu seruir et vesquirent justement et saintement et prisent en gre toutes les tribulations qu’il orent a siecle”. Et ensi l’ame choisi et vit vn chastel et molt de pauillons fais de meruilleuse facon de pourpre d’or et d’argent et de soie. Illueques auoit orgues harpes et autres manieres de instrumens qui molt chantoient dous chans et faitis. Lors demanda l’ame a l’angle que c’estoit. Li angle respondi: “C’est la gloire et le repos des gens de religion, de moinnes, de conuers, de channones, de nonnains qui bien volentiers et dettotement ont obei a leur prelars si comme il leur promisent, qui plus se sont esiois et esle[e]chies d’iestre en subiection que en signourie ne en prelation et qui sentoient le confort dieu espirituelment. Quant il viuoient, il laissoient leur propre volentet pour faire la volente de leur maistres et garderent leur langues non pas de parler mauaises paroles tant seulement, mais des bonnes pour l’amour de silence garder et tenir”. Lors dist l’ame a l’angle: “Sire, si te plaist je, les veus veoir.” Et li angles dist: “Bien me plaist que tu les oies et voie mais tu n’enteras mies aweques yaus, car il sont en la presence de la sainte trinite, et qui c’onques aura entre vrie fois en leur conpaingnie iamais n’en puet departir, s’il n’est vierges qui conuingne qu’il voise en la conpaignie as angles”. Lors s’aprochierent d’illueques et virent hommes et femmes qui astoient sanblables as angles. La clarte, la doucour delitable, le tres douls sons des instrumens qui illueques estoient sourmontoient toute la gloire que il auoient vetie pardeuant. Et sonnoient ces instrumens tous par yaus sens touchier mais les douls sons que ces saintes [ames] chantolent sormontoient le son des instrumens. Molt resplendisoit le firmament qui sour yaus estoit. Illueques pendoient chainnes de tres pur or entremellees de verges d’argent faites de meruilleuse facon, et en ces chainnes pendoient fioles qui voloient molt doucement entre ces chainnes et en ce regarder molt se delitoit l’ame. Et lors li dist l’angle: ‘Regarde, ame’. Et vit vn arbre molt grant et molt large et tres bel et estoit vers et plains de flours et estoit chargies de toutes manieres de flours et de fruit, et sus les branches auoit oisiaus de diuerses manieres molt grant multitude qui chantoient diuerses manieres de chant. Par desous cel arbre auoit lis, roses, et violettes et toutes manieres d’espices et de herbes plainnes de tres grant odour. Illueques estoient hommes et femmes en chambres d’or et d’iuoire, et auoit chascun en sa teste vne coronne d’or et vn sceptre d’or en sa main, et estoient uestus d’auteles robes comme les meinnes dont nous auons parle pardeuant et tous jours beneissoient dieu et looient pour tous ses benetisces et ses dons. Lors dist li angles a l’ame. “Cest arbre senefie sainte eglise et cil qui sont desous sont cil qui ont fondees s. eglises et qui les ont gardees et defendues, et pour cou qu’il i ont fait il ont part es biens de sainte eglise, et laissie la mauaise vie dou siecle et vescu saintement et religieusement”.

[D]illueques se partirent et alerent auant et virent vn mur plus bel et plus haut que tous les autres que il auoient veut pardeuant et estoit de diuerses manieres et de diuerses couleurs et estoit de toutes manieres de pieres pretieuses et d’or entremelle et resplendisoit si que meruilleusement estoit delitable a regarder et plaisant. Jllueques virent sens doute ce que onques oil ne vit n’orelle n’oi ne cuers d’omme ne pensa ce que diex apparelle a ses amis. Illueques virent les .ix. ordenes des angles et molt auoit en leur conpaingnie de saintes ames, et oirent illueques teles paroles que bouche de homme ne poroit dire ne ne l’oist pas a dire. Lors dist li angles a l’ame: «Audi filia et vide et inclina aurem tuam et obliuiscere populum tutim et domum patris tui etc». Bien apert ici comment la joie est grans l’onour la dignite nostre signour la hautece d’estre en la conpaingnie des s. angles nostre signour Jhesu Crist. Et encore grignour joie a ame de celi sentir douls et debonnaires qui est vie as angles et de tous autres sains et saintes. Et de celi lieu ou il estoient vit l’ame toute la gloire de paradis et tous les tourmens d’enfer que il avoit veus pardeuant, et si vit toute la terre si comme ele est et qu’il est escript: «Cernent fiat (sic?) de longe». Illueques vit l’ame S. Ruadan confessour o grant ioie qui salua cele ame par charite et dist: «Dominus custodiat introitum tuum et exitum tuum ex hoc nunc et vsque in seculum». Et puis li dist: “Je sui Ruadan ton patron en qui droiture tu deuoies yestre enseueli”. Et quant il ot ce di si s’aresta sens plus dire. Illueques regarda l’ame et vit S. Patrice de Yberne o grant conpangnie de euesques dont l’ame en connut bien les .iiii., c’est a sauoir S. Celestin qui fu archeuesques et S. Malachies qui fu apres lui qui vint a Rome au temps pape Inocent et le fist celi pape liegat et arceuesque, li queis S. Malachies donnoit en son viuant as poures ce qu’il auoit pour nostre signour Jhesu Crist et fonda en se temps .XLIIII. abeies de moinnes, de chanoinnes et de nonnains et les pourueoit de tout cou que mestiers leur estoit et pour li riens n’en retenoit. Et vit l’ame S. Crestien qui fu euesques de Leon qui fu freres de celi Malachies qui fu homme de tres grant noblece et qui molt ama pourete. Et vit l’ame S. Neemie qui fu homme de tres grant simplece et bien atempre et saiges et castes. Ces .iiii. euesques connut illueques cele ame et auoit deles yaus vn siege tout wit aome de tres meruilleus aornemens ne neule ame ne s’i seoit. Lors demande l’ame cui cel siege estoit et pour coi nuns ne s’i seoit. S. Malachies respondi et dist: “Il est apparillies a vn nostre frere qui encor vit au siecle, mais quant il sera trespasses il sera illueques”. En cele gloire regarder se delitoit molt l’ame. Lors s’aprocha de li li angles et dist ensi: “As tu bien regarde toutes les choses”? L’ame respondi et dist: “Sire, oil, mais je te prie et requier que tu me laisses ici demorer”. Lors dist l’angles a l’ame: “Tu ne pues ici demorer, car tu dois ariere retourner a ton cors, et tout ce que tu as veu en memoire retenir et raconter as gens qui viuent pour le pourfi de leurs ames". Lors fu l’ame triste et irie et se prist a plorer et dist: “Sire, pour coi me doi ie departir de si grant gloire et retorner a mon cors arieres”? L’angle respondi et dist: “En ceste glore ne puet nulle ame demorer fors que les vierges qui gardent lors cors de tous mauais atouchemens et lors cuers de toutes mauaises volentes qui sueffrent painne et tourment pour si grant gloire a auoir ne ne se conchie[nt] pas de pechie ne de mauaise conuoitise. Et de ce ne vosis tu pas croire mon consel et pour ce ne poras tu pas demorer ci. Retornes donques arrieres a ton cors et te gardes de faire ce que tu faissoies deuant et mon consel et m’aide ne te faura pas, mais presentement serai awecques toi, et te consillerai et aiderai bien et loiaument”. Et si tost comme il ot ce dit l’ame se senti en son cors en ce point meismes qu’ele parloit ou ciel a l’angle. Lors regarda entour soi et vit la gent qui illueques estoi<e>t et demanda que on li donnaist le cors nostre signour et le prist o grant grasce et o grant deuotion, et tout cou que il auoit il donna et departi pour dieu as pures nostre signour et tout ce que il auoit veut et sentu que il pot auoir en memoire il raconta ci dist et amonesta de mener bonne vie et sainte et la sainte parole nostre signour dont il ne sauoit riens deuant precha puis deuotement et ot grant humilite de cuer. Et pour ce que nous ne poons mies retenir la sainte vie qu’il mena puis ne ce que il raconta qu’il auoit veu ......... escript au pourfit et a la sauuete de ciaus qui l’oront et liront et a l’ ..............  de Jhesu Crist et de ........... la ............. de ..........

Explicit de Tondalus comment il fui rauis en yenfer.

Indice Biblioteca Progetto Dante

© 1996 - Tutti i diritti sono riservati

Biblioteca dei Classici italiani di Giuseppe Bonghi

Ultimo aggiornamento: 02 maggio 2009