Anonimo

La leggenda di Giuda

TESTO FRANCESE ANTICO IN VERSI

Edizione di riferimento

La leggenda di Vergogna e la Leggenda di Giuda, Gaetano Romagnoli, Bologna 1869 - Scelta di curiosit letterarie inedite o rare dal secolo XIII al XIX, dispensa XCIX

- Reprints, ed. Forni, Bologna 1968

hghghg

introduzione in italiano

Dieus qui le scienche devinne [1]

Les entendem ens enlumine

De chiaus qui le veulent servir,

Me doinst grasse du deservir

Que je puisse s'amour avoir,                                                 5

Et si me doinst sens et savoir

De commencier et de parfaire

Tel quose qui li doie plaire,

Et chou que jou ai entrepris,

Si que je ne soie repris.                                                           10

C'est de Judas que jou vuel dire,

Celui qui tra nostre Sire.

Aucune gent ne sevent mie

Ques hom il fu et de quel vie,

Conment fu nes et engenres                                                  15

Mais, s'il plaist a Diu, ja l'orres.

 

 Au tans que Herodes fu en vie

Et qu' il resnoit la signourrie

De le terre de Gallilee,

Et de Pylate tint Judee                                                           20

Et Iherusalem autressi,

De le lingnie uns hom issi

De Judas, qui Rubem ot non.

En Judee manoit cis hom.

Une femme ot, ce dist l' istoire,                                             25

Qui fu apelee Chiboire.

Cis gisoit par nuit en son lit,

Et avint que fist son delit

A se femme, selonc l'usage

C'on le doit faire en mariage,                                                30

Un petit devant mie nuit:

Et quant il ot fait son deduit,

Longement ne demoura mie

Que la dame s'est endormie.

Entrues qu'ele dormoit, avint                                                35

Que une visions li vint,

Q'elle avoit un enfant conchut,

Et qu' il seroient mout dechut,

Et seroit par s' igniquite

Cause de toute mauvaiste.                                                     40

Mout a malaise soumilla

Un petitet, dont s'esvilla.

En esvillant mout tresali ;

Et quant elle revint a li

Esmarie fu durement,                                                            45

Et si ploura mout tenrement,

Con celle qui perdut avoit

Quant tel lingnie avoir devoit.

Mout gemi et mout souspira.

Ses maris dont l'en conjura                                                   50

Quant il le vit si esmarie:

C'as tu, dist il, ma douce amie?

Trop m'esmervel, m'amie ciere:

Pour coi tu fais si mate ciere?

C'as tu au tresalir et?                                                           55

Pour coi pleures? qui t'a met?

Je m'en esmervel pour m'ame .

A Ruben dist la bonne dame,

Je l' vous dirai, Sire: oes moi.

Apres chou que justes a moi                                                  60

Dormi si comme on se repose ,

Dont sonjai une pesme cose:

Car il me sanlait bien por voir

Que j'avoie conchut .I. oir

Qui venroit a trop grant hontage;                                        65

Et aroient par lui damage

Li Jui de nostre lingnie.

S'en sui mout durement esmarie:

U j'ai mauvaise entention

U fausse ymagination                                                           70

U mes esperis fu ravis.

Nequedent, tex est mes avis

Et ma pensee et ma creanche

Qu' il sera de male prouvance:

Et si le me dist bien li cuers                                                   75

Que, s'il est de meu ventre huers,

Que par lui trop de mal venront,

Et Jui grief en souferront .

Et quant Ruben entendi ceste

Conroucies fu, la teste baisse.                                                80

Mervilla soi que estre puet,

En son cuer grant paour en eut.

Adont li dist: M'amie belle,

Tu me contes maise novelle.

Chou que t'o fichi conter                                                      85

N'est mie digne d'aconter.

Je cuide, tes est mes avis,

Que tes esperis est ravis.

Ne vous en caut, ma douce amie;

Nous n'averons itel lingnie                                                    90

Phintonicon fu une femme

Qui parla au diable meesme.

A icel tans celle vivoit,

Mout d'incantations savoit:

Au diable parloit souvent                                                      95

Par art et par enchantement.

Dont dist Ruben: Tu es ravie

Par l'art et par l'encanterie ,

Je cuide , de Phintonicon .

Non sui, Sire, fait elle, non:                                                100

Je vous jure et si vous afferme

Que ceste cose est voire et ferme.

Je croi et ai cuit et vuel croire

Que ceste cose est toute voire .

Quant Ruben voit que elle meme                                         105

L'ateste pour voir et afferme

Si a respondu maintenant:

Or va, et pren, je te conmant,

Pren garde, et conte et si mesure

Quant tu fesis l'engenrere,                                                  110

Quans mois, cans jors le dois porter,

Et quant tu le dois enfanter.

Quant cel enfant porras avoir,

Si le me fai adont savoir,

Pour ce que me dis et devises                                               115

Qu'il doit faire tant de mallisses,

Pour ce que ne face damage

As Juis de nostre linage,

Et qu'il ne lor fust reprouve

Se on l'avoit en mal trouve.                                                   120

Se il aporte au naistre vie

Il ne l'ara longement mie:

J'aime mix asses que il muire

Qu'a nous dest ou aucon nuire .

Li jour vinrent, li tans passa                                                  125

Et la dame mout engroissa:

Bien parut, que pas ne menti.

Dolante fu quant le senti.

Mais mieus que pot s'en conforta:

Tant corame deut, l'enfant porta.                                         130

 

Or aprocha li jors et vint

Que la dame enfanter convint,

Au point que delivrer se deut

Et que plus porter ne le peut.

Dont fu li tans et clers et biaus                                              135

Et li croissans fu tous nouviaus:

Ja aloient aparissant

Les .II. cornetes du croissant:

La dame en cel point delivra ,

D'un oir marle se delivra                                                       140

A Ruben qui ert ses maris.

Ruben en fu tous esmaris

Quant voit le valeton venu,

Ne set qui li est avenu.

Or ne set il que faire en doie,                                                 145

Il ne set nule bonne voie;

Pense que c'est contre nature

De maumetre s'engenrere:

S' il l'ocist trop iert desloiaus,

Et si l' nourist mout fera maus                                              150

Ensi porroit bien avenir

Dont ne se set conment maintenir.

A ocire mout le douta:

Adont pites le sormonta

Qui a cruaute encachie,                                                         155

Et dist qu' il nen ochira mie.

Il ne set qu'il en avenra;

Ja nul jor ne le maumenra,

N' il ne li taura pas la vie,

Ne il nen ocira mie. [2]                                                            160

 

L'enfant fist bien aparillier,

Entre blans drapeles loiier,

Et une kestelette prist

Qu'il ot de bos; dedens le mist.

Sor la rive de le mer vint,                                                       165

Et son enfant en ses bras tint:

Pour ce qu' il ne le pot amer,

Si le coula dedens la mer.

Quant ot ce fait, ne sejourna,

En son ostel s'en repaira.                                                       170

 

De Ruben ichi laiserons

Et de sa femme: si dirons

De cel enfant que il devint ,

Et quel cose il en avint.

Tant par la mer waucrant [3] ala                                          175

Et par decha et par dela,

Tant ala que il plus ne peut:

Et ariva, si con Dieu pleut,

A Quarioch, de mer une ille.

Li rone de celle ville                                                              180

Adont sor la rive venoit;

Ses chambrieres o li menoit.

Venue estoit pres de la mer

Pour esbanoiier et jouer.

Vers la mer grande si peroit                                                185

Le kestelle, qui s'adreoit

Droit au rivage de son estre.

Mervelles ot que ce peut estre.

A la rive en vint tout droit,

Car li vens ensi le menoit.                                                      190

A ses chambrieres dist la dame:

Je m'esmervelle trop, par m'ame:

Que c'est que li mers nous amainne?

J'en vauroie ore estre certainne:

Je m'en sui trop esmervillie:                                                   195

Ales i, se dieus vous benee .

Les chambrieres quant s'aperchurent

A la rive errant coururent:

Tant qu'il fu arives atendent.

Quant il fu arives se l' prendent:                                           200

L'enfant voient en la kestelle

Qui la face ot vermelle et belle.

Ni a celi n'en soit bien lie

De chou qu' il est troves en vie.

A la dame sont maintenant                                                   205

Revenues, atout l'enfant.

Dame, dist l'une, ne saves

Que vous bui gaaignie aves?

Nous avons .I. enfant trouve

Mout bien et mout ( bel ? ) atourne. .                                 210

Aves, fait li dame, oil voir?

Moustres cha, je le voel veoir .

A la rone l'ont donne,

Et elle l'a bien resgarde.

Ve l'a bel, plain de biaute,                                                   215

Com il afiert a roiaute.

Les drapiaus vit tous descouvres,

Vit que ce fu uns biaus varles

Et que plains ert de biaute grant.

Plus grant feste en fist que devant                                        220

Quant elle bien csgarde l'ot.

A da(a)rrains s'a dit cel mot:

Certes, je sui mout couroucie

Que je ne puis avoir lignie

Qui mon renne apres moi tenist                                           235

Je vauroie qu'il avenist,

S'estre pooit, d'avoir un oir

Aussi biaus con cis est pour voir:

Mais je voi bien qu'estre ne puet:

Miex que je puis, tenir m'estuet                                            230

Cast enfant, conment norirai, [4]

De mon resne oir le ferai.

Quant ot ce dit, si apella

Les chambrieres qui erent la:

Je vous conmant, fait ele, oes,                                            245

Faites de bien tant que poes,

A cest enfant: je le vous baille:

Et gardes bien riens ne li faille .

Quant celles l'oent, si ont ris,

Et dient: Bien sera nourris:                                                 240

Asses de bien li fera on:

Mais conment le nomera on?

Nous cuidons, telle est no pensee,

Que il soit venus de Judee ;

Et pour ce que de Judee vient,                                               245

Judas ait non il le convient:

Pour Judee, iert Judas nomes

Dorenavant, se vous volles .

La dame le gree et otrie,

Mais de sor toutes riens lor prie                                            250

De l'enfant que il soit bien aise,

Et que il n'ait nule mesaise.

 

A tant d'illuec s'en departirent:

L'enfant prendent, si le norirent

Pour itant, que s'il avenoit                                                     255

Que li rone enfant avoit,

Qu'il fust sires de l'heritage,

Que chus en est l'avantage.

La dame qui ne cuidoit mie

Que elle deust avoir lignie,                                                    260

Ains pour brehaigne se tenoit,

De lui servir mout se penoit,

Et par sa terre fist savoir

La rone, qu'ele ot un oir

Qui son heritage tenroit,                                                        265

Si tost com en eage seroit.

Quant cil du pais font o

Si en sont auques esjo:

Tout li home de l'ille seurent

D'Escarioch, que signor eurent;                                            270

Et quant telle nouvelle orent

Mout furent liet, mout s'esjorent.

Pour chou qu' il vint a Cariot ,

Le sornon a tous jours en ot.

 

Asses tost avint puissedi,                                               275

Que la dame dont je vous di

Fu enchainte, tant con Dieu pleut:

L'enfant porta tant qu'ele deut;

Et quant ce vint au droit termine

D'un oir delivra la rone,                                                       280

Et eut un fil qui mout fu biaus,

Qui deust estre li oirs roiaus

Li doi enfant, si com moi samble,

Pour nourir furent mis ensanble;

Ensamble tant longement furent                                          285

Qu'il eurent sens, et aus connurent.

Jouer ensanble s'en aloient,

Ensanble maintes fois jouoient.

Avint que il se couroucerent,

A un ju, et se laidengerent                                                     290

Tant que Judas, par son outrage,

De sa palme en mi le visage

Feri le fil a la rone,

Con cis qui ert de pute orine.

Plourer le fist; grant duel en eut                                            295

La dame, quant elle le seut:

Au cuer en fu mout corocie,

Et dist: A toi n'apartient mie

Que tu doies meu fil ferir:

Mauvais, dont te puet il venir?                                              300

Pour coi as tu fait tel derroi

Que t'as feru le fil au roi?

Tu ti es maisement prouves: [5]

N'ies pas mes fieus; t' ies uns troves .

Tout ensi la dame tencha                                                       305

A Judas, et li reprocha

Que on l'avoit en mer trouve,

Et que ne l'ot pas (en)genre.

Ceste cose fu espandue

Par tout le pais, et see:                                                         310

Et quant Judas chou o dire

Couroucies fu, et mout plains d'ire.

II cuidoit bien par verite

Que avoir deust la roiaute;

Bien cuidoit avoir roi a pere,                                                315

Et que rone fust sa mere,

Et qu'il fust freres a celui

Dont fu il plains de grant anui

Quant la dame l'ot reprove

C'on l'avoit en le mer trouve;                                                 320

En verite seut que iert voirs

Qu' il n'ert mie do roiaume oirs ,

Ains est tes come on li met sus:

A poi qu'il n'est du sens issus.

 

Or oes conment esploita:                                                335

De mal faire trop se pena

En ce mautalent ou entra.

Le jovencel entrecontra,

Tant le gaita, c'a point le prist

Sans misericorde il l'ocist.                                                      330

Le droiturrier oir, sans raison,

Ocist Judas en traison.

Il fu si plains d' igniquite

C'onques n'en vaust avoir pite.

Quant ot ce fait, si s'est penses                                              335

Que (ne?) porroit estre tenses

De nullui, s'il estoit tenus

Que il ne fust trop mal venus,

Et que il a mort ne fust mis

Pour le jovencel c'ot ocis,                                                       340

Et c'on feroit de lui justice.

Or oes con set de malisse

Et con pensa a son afaire.

Il gaita que li tributaire

S'aparilloient en la mer                                                          345

Pour en Iherusalem aler.

Tant fist a aus et si parla

Qu'avoec aus Iherusalem ala.

Ensi sauva Judas sa vie

Con vous oes, par sa voisdie.                                                 350

 

On oit souvent chanter et lire

Que parvers li mauvais desire,

Et souvent ensanble s'asanblent

Les coses qui s'entresanblent:

Pour chou le di que quant Judas                                           355

D'Esquarios ot fait widas,

Et fu en Iherusalem venus ,

Tant fist que il fu retenus

Au service Ponce Pylalte:

Tout doi furent de pute esclate.                                             360

Tant fist qu'en son service vint.

Or oes que il li avint.

Li hom qui est de pute afaire

Est ades enlainc de mal faire:

Qui est trouves malvais parfais                                             365

Et en paroles et en fais,

Ades a mal faire se muet ;

Ne nus hom maufaire ne puet ,

Ne bien ausi par verite,

Se ce n'est de sa volente:                                                        370

En la volente toute riens

Est mise, soli maus, soit biens.

Qu'il avint Judas or oies:

.I. jour si s'estoit apoies

Pylates sor une fenestre                                                         375

De son palais et de son estre ,

Et resgardoit, si c'on fist l'en,

Le cite de Iherusalem.

Les iex ieta en un vergier:

Si i voit un mout bel pumier                                                 380

Qui mout belles pumes porta.

Pour lor biaute en convoita:

De ce fruit si grant desir eut

Que pour .I. poi que ne moreut

A peu ke il ne tresala.                                                             385

Quant voit chou, Judas apella,

Et se li dist: Biaus dous amis,

Esgarde con sui maubailis:

Bien sai que se n'ai de ce fruit

Que mors serai encor anuit:                                                  390

Se des pumes n'ai, sans douter

En terre me verras bouter;

De terre sui, si est droiture

Que jou revoise a ma nature:

Se du fruit n'ai que je desir                                                    395

En terre me verras jesir .

Judas atendre plus ne vaust:

Ou vergier vint, sor l'arbre saut.

Les pumes conmencha a coillir.

Or poes grant mervelle oir                                                    400

Li pumiers li piece de terre (sic)

U Judas ert estoit son pere,

Que oistes Ruben noumer:

Cis fu qui le geta en mer.

Quant cis voit que ses pumes kieut                                      405

Vait avant, soufrir n'en vieut.

A Judas dist: Ne fais pas bien

Quant, maugres mi, me taus le mien,

Car l'arbre et les pumes sai moies:

N'en pren nule, laise les coies .                                            410

 

Quant Judas l'oit, petit le prise ;

Trop donne poi de sa devise.

Plus que devant, des pumes prent:

Et cis asprement li desfent.

Dont conmencha li estris grans,                                            415

Car li prodons estoit engrans

De Judas ses pumes escoure:

Judas ausi de lui sus coure.

Judas le conmencha a mokier,

Et mout forment a desakier;                                                 420

Et quant voit chou, forment pali:

Jus du pumier errant salli,

Et a une pierre saisie;

Apres Ruben la envoiie:

Du ruer fort bien se pena;                                                      425

Son pere ens u col asena.

De tel ravinne li cox vint,

Que a terre car le couvint.

De tel eure jus le coucha

Ch'onques puis n'en redrecha.                                              430

Quant vit Judas que il morut,

A Pylate errant s'en courut;

Et sacies bien que il se teut

Il ne dist mie canqu'il seut.

Mors fu Ruben de sous son arbre,                                        435

Et si devint plus frois d'un marbre:

La jut dusc'a la nuit oscure:

Dont fu trouves par aventure

Des gens qui pres de la manoient:

Il cuident bien, quant il le voient,                                          440

Que il soit mors de mort soudainne.

Se femme grant duel en demainne ,

Chiboire, quant elle le set:

Plouret l'a mout, et regretet.

 

La cose fu Pylate dite                                                     445

Que cis ert mors de mort soubite,

Et que la dame veve estoit,

Qui grant possessions avoit.

Pylate adont si s'avise

Que Judas l'ot bien a devise,                                                  450

Selonc ce que il ot servi,

Et qu'il avoit bien deservi,

Qu'il fust si bien, si bel paies

Que il en fust tous apaiies.

En tel maniere l'asena,                                                           455

Le femme Ruben li donna.

Chiboire convint Judas prendre

A mari, ne se pot desfendre:

Cheli a femme li livra,

Et son avoir li delivra;                                                            460

Et ensi Judas apaia,

Et son serviche li paia.

Or ot Judas ocis son pere,

Et si ot a femme sa mere.

Elle fu ensement mariee,                                                       465

Maugres li, a Judas donnee

Mout dolante de cuer le prist,

Mais n' i pot metre contredit.

Souvent mout grant duel demenoit,

Si tost con li en souvenoit                                                      470

De son fil et de son mari.

Adont avoit le cuer mari

Et disoit, si con j'ai le:

Aimmi ! que m'est il avenu

Que meu fil, que ains ne pot amer,                                      475

Fis jeter par dedens la mer,

Et meu mari ai trouve mort,

Et ore sui, sans meu acort,

A un estrange homme donnee ,

Et maugres mi, sui mariee!                                                   480

Bien me devroit li cuers doloir

Quant je sui, contre meu voloir

Et par force de signourage,

Mariee; a poi que n'errage .

La dame ensi se dementa:                                                     485

Judas coiement l'escouta:

Se li demanda et li dist

Que as tu, feme, se Diex t'at?

Pour coi es tu si a mesaise?

As tu cose qui te desplaise ?                                                490

La dame li dist: Oil voir:

Jou ai au cuer grant duel pour voir:

On me devroit metre a escil,

Que en mer fis jeter mon fil,

Et si trouvai l'autre semainne                                                495

Mon mari mort de mort soudaine

En mon gardin, desous cel arbre:

Puis ai et mon quer es ma(r)bre,

Et sui, par force a le personne,

Mariee a un estrange homme                                               500

Maugres moi; si en sui dolante

Que ains puis ne fui sans pesance .

Si tost con Judas o ceste

Si n'ot mie, sacies, grant feste.

Adonques li est souvenu                                                        505

Que tout chou li est avenu.

Dame, fait il, a mes orelles

Vous oi conter trop grans merveles:

Es ce verites, sor vostre ame? .

Oil, Sire, respont la dame.                                               510

Dist Judas: Dame, se c'est voirs,

Dont sui ge vos fieus et vos oirs,

Que vous ne pestes amer.

Sacies, je fui trouves en mer:

Bien sai que vous estes ma mere ,                                         515

Et c'ai ocis Ruben mon pere:

Or ne sai que jou puisse faire:

Car tout m'est venut a contraire.

Jou en sui trestous esperdus:

Je voi bien que je sui perdus:                                                 520

Trop ai fait de mal et d'outrage:

Ma douce dame, que ferai ge?

Quant la dame chou entendi

Marie fu; si respondi:

 

Je vous enorte, et si vous prie,                                     525

Qu' en ales en le conpaignie

De Jhu Crist: se li priies

Que il vous pardoinst vos pecies

Se vous pardon li requerres

Je quit (mout?) bien que vous l'ares .                                  530

 

A icel tans aloit par terre

En Judee Ihus, nos sauveres.

Quant Judas ot la dame o

Sen conseil maintenant cre:

Au plus tost qu'il pot, s'end ala:                                           534

Tant quist Ihu, c'a lui parla.

Tant ala Judas et tant vint,

Que dechiples Ihu devint:

Et si devint ses aumosniers:

Le bourse portoit as deniers.                                                 540

Tal offisse eut, que il gardoit

Chou que a Ihu on envoioit

Et a ses .xii. conpaignons.

Pourveerres ert (il?) d'aus tous:

Se plus que lor despens avoit                                                545

As povres donner le devoit:

Mais lerres fu et plains de gille,

Si com on list en l'Evangille.

Bourses avoit u reponnoit

Chou c'on a ses compains donoit.                                         550

Faus pourveerres, faus aumoniers

Fu, car il embloit les deniers

En sa bourse l'argent metoit

C'as povres gens donner devoit:

Mais maisement le departi,                                                   555

Car as deniers souvent parti,

Et lor en fist male partie;

Mout fu par lui mau departie.

L'Escripture si nous devise

Que pour le grande convoitise                                              560

Que il ot d'argent amasser

Tra Ihm, tout sans fausser

As Juis, puis Ihm vendi

.xxx. d., puis lor rendi.

Se vous dirai par quel raison.                                                565

Ihus estoit en le maison

Simon le liepreus, ce set on,

Et tout li xii. conpaignon

Ensanle estoient illueques:

Judas ausi estoit avoecques.                                                   570

Dont vint Marie Magdalainne ,

Si s'enbati a tele sainne.

Pres de Ihu Crist s'acosta,

De son sain une boiste osta,

Et estoit plainne d'onguement                                              575

Qui a prisier faisoit granment:

Pres de Ihu Crist s'en ala:

Sor son cief l'onguement cola ,

Et en oint ses pies, chou saves,

Pour ce qu'ele les vit creves.                                                  580

Quant cis onguement fu espars

L'odeurs s'ala de toutes pars;

Cascuns fu d'odeurs raemplis.

Judas en fu tour asouplis,

Et dist devant tous en apert:                                                  585

Sire, pour coi aves soufert

Que chis onguemens est perdus?

Mieus venist que il fust vendus:

li estoit mout bons et mout ciers,

Et bien valloit trente deniers:                                                 590

On en eust bien tant d'argent,

Si fust donnes a povres gent .

Quant Ihu Cris chou entendi

En tel maniere respondi:

Biaus amis, fait il, bonnes oevres                                       595

Si sont recees a oevres ;

Ames les povres bonnement ,

Ne mucies mie lor argent:

Faire lor en deves courtoisie:

Mais l'ongement n'en feres mie,                                            600

Car jou serai en crois pendus.

Li onguemens n'iert pas perdu,

Ains iert en gard et en cure,

Dusqu'au jor de ma selpulture.

Quant Judas vit certainnment                                               605

C'on ne vendroit pas l'onguement,

Et les .ccc. deniers n'aroit

Que li onguemens bien valoit,

Il les cuidoit bien fourceler:

Dont se teut, ne vaust plus parler,                                        610

Et pensa que il restorroit

Ceste perte quant il porroit,

Pour les Juis qu'il vaust avoir. [6]

Fist il dont as Juis savoir

Que Ihu Crist lor venderoit                                                   615

S' il voloient, et li verroit.

Cil furent liet et joiant;

Mais il met en son convenant

Trente deniers avoir devoit,

Dont chascuns (des?) trente valloit                                       620

Dis deniers de petis au mains;

Et si n'en voel ne plus ne mains,

Et les rescoust de l'ongement

Les .ccc. deniers voirement.

 

L'Escripture si nous tesmoigne                                     625

Que au point que il fist la besongne

De Ihu Crist vendre as Juis,

Que Ihus adont l'amoit si

Que il pardevant ne faisoit;

Car son conmant aenplisoit                                                   630

Que il l'avoit ent el point mis

Que on amasi ses anemis,

Qui aroit un oir desloial

Qui seroit cause de tout mal.

Et que mout li Jui par lui                                                       635

Aroient encore d'anui.

Voirs fu que par sa trason

Furent Jui a destruction ;

Car par Ihu Crist qui moru,

Vaspasiens sus lor couru,                                                       640

Et pour se mort qu'il vaurra vengier

Donra trente Juis a denier.

Adont furent entre en mal en [7]

Li cites de Iherusalem:

En fu voire la prophesie                                                         645

Du bon prophete Geremie,

Que tant Iherusalem ploura.

Onques porte n'i demoura

Qui toute ne fust abatue,

Et arsee et confondue.                                                            650

Vaspasiens pour Ihu Crist

Tous les Juis tua et prist.

 

Or poes bien avoir oi

De Judas qui Ihm trai,

Ques hom il fu et de quel vie,                                                655

De quel pais, de quel lignie,

Conment en mer on le trouva

A Cariot ou ariva,

Conment ocist et mist a mort

Le fil de la rone a tort,                                                           660

Conment a Pylate se mist ,

Conment pour les pumes ocist

De le pierre Ruben son pere,

Et conment a femme eut sa mere ,

Conment et pour quelle ocoison                                           665

Trast Ihu Crist, li felon,

Conment au lach se sousleva,

Et ses ventres par mi creva,

Que plus dire rien ne saroie

Se mencoigne n'i controuvoie,                                             670

Pour ce, que hourde on ne me truisc,

Et con ne l' tingne pour erluse. (sic)

A tant ester jou le lairai,

De Judas chi me fin ferai.

Prions a Dieu tout en le fin                                                  675

Que il nous traie a bonne fin.

 

 

Cis livres fu escris en l'an de l'incarnacion

MCCC et IX, ou mois de Joing.

Note

_______________________________

 

[1] Cos il Cod. Forse : de scienche.

[2] Il verso troppo corto: per ridurlo a giusta misura bisognerebbe leggere: Ne ja ne l'ocira il mie, o simile.

[3] Cos il Cod. Forse da leggersi: wauerant.

[4] Cos il testo: ma il sensu non corre bene.

[5] Il testo: mout malvaisent

[6] Forse invece di Jus dovrebbe dire deniers.

[7] Cos il testo. Forse: fu entree en mal an

Indice Biblioteca Indice: La leggenda di Giuda 

1996 - Tutti i diritti sono riservati

Biblioteca dei Classici italiani di Giuseppe Bonghi

Ultimo aggiornamento: 01 giugno 2007